Page de post

Idéalement, ce serait le titre du post en question qui serait ici. Bientôt!

Tuto Photo Mobile: Choisir le bon appareil photo

Dernière mise à jour : oct. 26

Choisir le bon appareil photo – par CHMultimédia


Ne passons pas par quatre chemins, les téléphones intelligents sont de plus en plus ennuyants. Les grandes révolutions biannuelles sont choses du passé. Pourquoi vouloir passer à un nouvel appareil? Certains apprécient les processeurs plus rapides, d’autres les écrans plus lumineux. Il y a aussi les éternelles promesses de batteries durant toute la journée, mais ce qui trône au-dessus de tout cela, ce sont les caméras. Pouvoir réussir de meilleurs clichés est un argument qui fait toujours plaisir, mais encore faut-il pouvoir s’y retrouver, dans une mer d’appareils qui clament tous ou presque d’offrir des photos de qualité supérieure.


| La base pour capturer le moment : le capteur

Commençons par un dur rappel à la réalité. Examinez ces deux clichés :

Ils ont été pris au même endroit, au même moment par deux appareils Samsung différents, un à 12MP et l’autre à 32MP. Pouvez-vous identifier quelle photo appartient à l’appareil de résolution supérieure?

Si vous avez choisi la première photo, vous vous êtes trompés. C’est la seconde photo qui provient du capteur 32MP du Galaxy A70. Pourtant, elle est nettement pire, avec un contraste et une plage dynamique limitée, en plus des ombres irréalistes. Et la résolution, alors? 32, c’est mieux que 12, non?

Vous venez d’apprendre la première leçon: les mégapixels, ce n’est pas une mesure de qualité. Maintenant, considérez cette image:


Vous y voyez un appareil photo dont la lentille aura été retirée, exposant ainsi son capteur, clairement plus grand que les caméras du téléphone haut-de-gamme qui y est juxtaposé. Ce dernier possède un capteur principal de 108MP (le deuxième, sous le point rouge). C’est énorme! L’appareil photo de gauche devrait forcément monter à 1 Gigapixel! Ah non, il n’a que 24MP. Son capteur a donc des pixels vastement plus grands que le téléphone. Et ça, ça importe beaucoup. Voyez-vous, un appareil photo fonctionne en capturant de la lumière. Chaque pixel doit en capturer. Et plus chaque lumière capture de lumière, mieux c’est. Démonstration :


Cliquez pour agrandir. Cliquez encore pour télécharger les images entières en pleine résolution.


La première photo vient de l’appareil photo, la deuxième du téléphone. Il est clair que l’appareil photo tire un grand avantage de ses plus gros pixels malgré sa résolution inférieure. Le champ et ses alentours sont bien mieux définis, et ils le seraient encore plus si je n’avais pas bougé lors de la capture. Le téléphone essaie de compenser le manque de lumière pour chaque pixel en appliquant un effet d’affinement des lignes, ce qui enlève beaucoup de détails et qui donne un aspect assez artificiel à la végétation. C’est soit ça, soit beaucoup de bruit électronique. Un autre exemple? Mais certainement.



La preuve est faite : le capteur haute résolution capture moins de détails. Tout ça, parce qu’il est trop petit pour donner à chaque pixel assez de lumière! Notez que ces clichés ont été pris en plein jour.


Note : Les photos prises par l’appareil photo présentées ici ont été obtenues avec la lentille de base 16-50mm à une ouverture de 24mm afin de rendre l’environnement raisonnablement comparable au téléphone utilisé. Ce n’est pas parfait, j’en conviens, mais devrait suffire afin d’expliquer la situation adéquatement.


| Plus, c’est moins.

Ceci explique donc l’importance de la taille des pixels illustré par la comparaison précédente entre les deux téléphones. Maintenant, il y a un nouveau problème. Les chiffres font vendre, nous le savons tous. Et le concept de taille du capteur n’est pas bien connu des consommateurs, au contraire du concept de mégapixels. Samsung aura lancé avec son S20 Ultra un gigantesque capteur photo. Mais pour attirer les regards, ils ont découpé ses pixels pour qu’ils soient plus petits que n’importe que Galaxy S sorti à ce jour, atteignant la taille privilégiée pour ses appareils milieu et bas de gamme, à un très maigre 0.8µm. Et, reprenant ce que nous venons d’apprendre sur les pixels, nous savons pourquoi c’est un problème.

Ces minuscules pixels seraient inutiles dès que les conditions lumineuses se dégradent. Et même en plein jour, elles peuvent se révéler difficile à exploiter. Voyez plutôt :


Cette fois, le comparatif s’effectue entre le mode 108MP, le mode 12MP du capteur 108MP et le téléobjectif de l’appareil. Toutes les photos sont recadrées pour couvrir la même zone que le téléobjectif. Nous sommes en plein hiver et en plein jour, dans un environnement regorgeant de détails. Le capteur 108MP devrait nous donner une photo très nette, mais les détails manquent à l’appel et les lignes sont affinées très agressivement, encore une fois, pour masquer le bruit électronique. Il y a tout de même plus de détails, surtout sur la plaque des règles de stationnement, mais il n’y a pas 9x plus de détail qu’avec le mode 12MP. Les textures en paient le prix. Le mode 108MP n'apporte donc pas de valeur ajoutée importante.


La solution est-elle donc de simplement revenir au mode 12MP pour bénéficier des avantages du gros capteur sans en payer les conséquences? Malheureusement, ce n’est pas aussi simple.

Imaginez-vous un biscuit bien croquant. Qu’arrive-t-il lorsque vous le coupez en deux? Il y a des miettes qui tombent. Par terre, de surcroit. Elles sont donc irrécupérables. Vous pourriez bien tenter de juxtaposer les deux parties du cookie pour le faire passer pour un seul et unique biscuit, mais les miettes manquantes demeureront visibles. C’est un peu ce qu’il arrive avec les capteurs haute résolution actuels. Le processus de fusion virtuelle des pixels n’est malheureusement pas sans perte et c’est la qualité d’image qui en prend un coup. Est-ce là dire que les photos sont désormais irrécupérables? Loin de là :

Cette photo, produite par un capteur 108MP en mode 12MP, produit tout de même un niveau de détail très bon. La brume matinale qui diffuse la lumière est reproduite fidèlement et la gamme de couleurs est aussi très bonne. Il pourrait y avoir plus de détails mais rien pour cracher sur le capteur.


Tout ça pour dire que les hautes résolutions mises en avant sur les appareils récents, que ce soit 32MP, 48MP, 64MP ou même 108MP, ne valent rien. Ce sont des capteurs 8-16MP dans l’âme et ils n’excellent que lorsqu’ils sont utilisés dans leur mode basse résolution.


| Plus, pour en voir plus

Il y a bien un avantage aux gros capteurs haut-de-gamme utilisés sur les appareils récents, dont les 108MP de Samsung.

Photo prise en hiver et de nuit, le niveau de détail disponible est excellent. C’est parce que ces capteurs 108MP sont des capteurs 12MP aux pixels gigantesques. Dans le mode résolution standard, chaque pixel obtient une aire 3x plus grande (108/9=12, 9=3^2). Les capteurs précédents avaient des pixels de 1.4µm et les nouveaux, 0.8µm en mode 108MP. Donc, en mode 12MP, nous avons… 2.4µm! C’est ici que plus vaut plus. La photo aurait été meilleure si le capteur avait une résolution native de 12MP mais tant pis. Nous pouvons distinguer aisément chaque branche et lesquelles sont couvertes de neige ou pas.


| Types de capteurs

Après le capteur principal, il y a les capteurs auxiliaires. Nous retrouvons 5 types de capteurs auxiliaires, que voici :


-Téléobjectif

-Zoom

-Ultra Grand Angle

-Macro

-Capteur de profondeur


Les fabricants aiment beaucoup les deux derniers types car ils ne requièrent pas de capteurs haute résolution ni trop de complexité. C’est une option bon marché pour donner une impression de versatilité. Dans les faits, ces capteurs sont largement inutiles. Pour la profondeur, tous les autres capteurs peuvent s’épauler pour obtenir ces informations, si ce n’est pas déjà fait grâce au système d’autofocus. Pour les macros, les capteurs 2 à 5MP ne servent pas à grand-chose. Le capteur principal produira un résultat similaire ou meilleur. C’est pour cela qu’ils n’existent pas sur les appareils haut de gamme.


La différence entre le téléobjectif et le zoom est que le téléobjectif est à une longueur focale fixe tandis que le zoom a une longueur focale variable. Concrètement, le téléobjectif est toujours à, disons, x5 tandis que le zoom peut être configuré librement n’importe-où entre 3x et 5x. C’est plus flexible mais la contrepartie est que le zoom risque d’avoir une ouverture focale variable plus petite, ce que nous verrons dans la prochaine section.


Finalement, l’Ultra Grand Angle permet d’élargir considérablement le champ de vision de l’appareil. Cependant, il faudra payer un prix pour cela. En effet, ces capteurs sont plus vulnérables aux aberrations chromatiques et à la distorsion.

Capteur Ultra Grand Angle versus le capteur principal du Note10+. Remarquez les problèmes d’aberration chromatique, surtout à gauche.


Ah, et les meilleurs capteurs sont pourvus de la fonction OIS, soit la stabilisation optique. Ça permet de réduire grandement les saccades, ce qui améliore la qualité d'image. C'est une fonction que je qualifie d'indispensable.


| Ouverture

Il ne s’agit pas d’une ouverture comme à la fin d’un texte, mais bien de l’ouverture focale de l’objectif. Faisons simple : plus l’ouverture est grande, plus il y aura de lumière qui pénètre dans l’objectif. Comme vu précédemment, c’est une bonne chose dans la plupart des cas. L’ouverture est comptée dans un format f/x, où X est la taille. Comme X est le dénominateur, un chiffre plus petit est préférable. Un chiffre plus gros identifie une ouverture plus petite.


Certains appareils sont équipés d’ouvertures variables, ce qui offre plusieurs avantages. En contrôlant la quantité de lumière, nous pouvons éviter de toucher aux autres options de capture comme la durée d’exposition ou le degré de sensibilité du capteur (ISO). C’est bien pour, de jour, éviter la surexposition et les pixels cramés ou, de nuit, éviter les saccades avec une exposition trop longue. Les ouvertures sont trop petites pour pouvoir créer un effet de profondeur assez fort, ce qui est un autre avantage disponible sur appareils photos dédiés à ouverture focale variable.


Mais comme ce n’est plus un composant à la mode, une ouverture plus grande est préférable.


| Traitement logiciel

Reste finalement la partie logicielle de l’appareil photo. Le résultat final de votre photo est assez éloignée de ce que le capteur aura capturé. Chaque fabricant décide de ce qu’il priorise, comme des couleurs plus vives, des lignes plus affinées ou des peaux plus adoucies. Samsung propose aussi son « optimiseur de scènes », qui se résume en gros à choisir des filtres automatiquement selon la scène capturée. De mon avis personnel, je ne suis pas friand du résultat que cette fonction procure et la garde désactivée afin d’avoir un résultat plus fidèle à la réalité. C’est aussi mieux pour modifier les photos avec plus de contrôle après.


Autrement, il y a un mode assez pratique qui rend certaines techniques plus faciles à exécuter pour tous, soit le mode Nuit. Il y a des fonctions comme le bracketing qui requiert temps, stabilité et logiciels compatibles, ce qui n’est pas très vendeur. Le mode Nuit fait cela et bien plus automatiquement pour augmenter le niveau de lumière et de détail dans les photos nocturnes. Le résultat n’est pas des plus fidèles à la réalité non-plus mais est à tout le moins exploitable :

C’était vraiment une nuit sombre. La photo prise en mode nuit, à gauche, est un peu trop lumineuse mais est bien meilleure que celle prise en mode Auto, à droite, surtout sur le plan de la résolution et du bruit. Au moins, les détails lumineux sont raisonnablement précis et n’est pas le fruit d’une fantaisie attribuable à l’omniprésente "Intelligence Artificielle". Il est clair que le mode Nuit possède un avantage certain sur les photos de nuit standard. Et c’est facile à utiliser, en plus. Viser, appuyer et patienter d’une à cinq secondes. La simplicité même.


Pour les utilisateurs désirant passer au niveau supérieur, il y a l’option de faire des photos en mode Pro et de produire des RAW. Ces fichiers permettent un contrôle avancé sur le post-traitement des images. Un logiciel spécialisé est préférable, comme Adobe Lightroom ou Google Snapseed.


| Conclusion

Maintenant, vous savez quelles caractéristiques vous devez rechercher pour acquérir le meilleur appareil photo mobile et quels pièges éviter. En général, les téléphones haut de gamme de génération précédente possèdent de meilleurs capteurs que les téléphones milieu de gamme de génération actuelle, en plus d’autres bénéfices comme un mode Pro complet. Consultez attentivement les fiches détaillées de chaque téléphone que vous considérez afin de vous assurer que vous obtenez vraiment le meilleur appareil photo que vous pouvez avoir.


Par CHMultimédia.

0 commentaire